par Michel Clamen, le mercredi 04 juin 2008

Au fur et à mesure que l'Europe progresse, des activités nouvelles se créent non seulement dans les institutions, mais également dans la presse, la politique, le lobbying… Pour les jeunes diplômés, autant de gisements d'emploi qui méritent d'y réfléchir au moment des choix d'orientation, en particulier vers un Master.


A cette période de l'année, bien des étudiants ont à faire leur dernier choix d'orientation. Sur le point d'accéder au Bac+3 ou Bac+4, ils se demandent encore quels compléments acquérir afin d'entrer au mieux dans la vie active. Le succès de la plupart des "Masters professionnels" atteste de cette préoccupation.

Aux étudiants en quête de spécialisation, signalons que la construction européenne ouvre de nouveaux gisements d'emploi, à la portée des jeunes fortement qualifiés : mieux vaut posséder un Master et maîtriser l'anglais, indispensable, et si possible d'autres langues. Sans prétendre à un tour
d'horizon complet, on peut citer :


la fonction publique européenne


D'ores et déjà, près de 30 000 fonctionnaires internationaux travaillent dans les institutions de l'Union, recrutés par la voie classique de concours. Même si les créations de postes se sont réduites, le seul renouvellement des équipes représente un gisement d'emploi. Mais les concours sont exigeants et les ressortissants des pays fondateurs n'ont aucune priorité. Il y a de bonnes préparations à la Sorbonne, dans certains IEP…


la linguistique


L'Union travaille en plus de 20 langues. Plusieurs milliers d'agents, au statut attractif, assurent les traductions (à l'écrit) ou l'interprétation simultanée (en réunion). Les étudiants qui disposent déjà d'un excellent niveau en deux langues européennes (en plus de la leur) peuvent se préparer aux concours que la Commission annonce périodiquement, en s'affirmant comme le premier centre de linguistique du monde.


les métiers de la presse


Si être "journaliste européen" n'est pas un métier en soi, la pratique et l'accréditation auprès des Institutions sont devenues des spécialités dans les professions de la communication. Elles s'exercent près du pouvoir et du coup Bruxelles représente la deuxième concentration de journalistes au monde, après Washington. Les écoles de journalisme sont, bien sûr, la voie normale d'accès.


l'assistance aux Politiques


Les diverses assemblées représentatives, et en premier le Parlement européen, ont besoin de "main d'œuvre" intellectuelle et relationnelle. Chacun des 785 élus du PE démultiplie son action grâce à au moins un assistant, recruté par des voies souvent très personnalisées, sans qu'il soit forcement besoin d'un engagement politique. Tout diplôme apportant des connaissances
institutionnelles et/ou en lobbying est un atout.


les interfaces entre pouvoirs publics et intérêts privés


Quels que soient les noms qu'on lui donne - public policy consultance, communication institutionnelle, European public affairs - les groupes d'intérêt développent une stratégie d'approche. Face au pouvoir des Institutions, chacun veut être au courant, et la décision européenne est sous surveillance; certains cherchent à l'infléchir à leur profit, et elle est aussi sous influence. Ce lobbying connaît un développement considérable. Rien d'étonnant : les milieux d'affaires perçoivent combien une directive, un règlement peuvent modifier le contexte de leurs activités.

Comme la proximité géographique joue à plein, ils sont 20 000 lobbyistes environ à Bruxelles et ce nombre augmente sans cesse. Ce sont pour la plupart des autodidactes en la matière, car les formations sont de création récente et restent rares. Des Masters d'Intelligence économique (l'ICOMTEC à Poitiers, l'EISTI à Cergy …) intègrent maintenant une sensibilisation, mais les diplômes les mieux adaptés sont ceux qui se centrent sur la communication institutionnelle, par exemple au Pôle universitaire Léonard de Vinci ou à l'Institut catholique de Paris .

Ainsi, structures publiques et surtout milieux privés qui sont leurs interlocuteurs créent des emplois. Cette tendance s'est encore accélérée avec l'élargissement à 27. Pour les juniors, autant de chances à saisir !






Michel Clamen est professeur à l'Institut Catholique de Paris (ICP)